Qui dit nouvelle année, dit nouveaux focus sur des créateurs qui nous ont tapé dans l’œil. Cette semaine, zoom sur la marque originale et urbaine : J’ai mal à la tête. Fondée en 2012 par Anja Pawlik et Roman Dorfner, la marque allemande basée à Munich, défie les diktats imposés par la mode en mélangeant les genres. Présentations.

JMALT, c’est avant-tout une jolie histoire. Ensemble dans le travail comme dans la vie, les deux créateurs se sont lancés le pari fou de créer une marque qui tiendrait du nom du livre posthume de Fernando Pessoa « Le Livre de l’intranquillité » et d’une citation en particulier « j’ai mal à la tête et à l’univers tout entier ». Minimaliste et déstructurée, chaque pièce est un véritable petit bijou. Des vestes en peau lainée oversize en passant par les jeans droits et les bombers à empiècement, tout absolument tout est désirable. Le résultat ? Une collection élégante et futuriste, osée mais réfléchie, inspirée des années 50’s. On y retrouve également une large gamme de manteaux, trenchs,  pulls, chemises de bowling and co, le tout remis au goût du jour dans un esprit très sportwear qui fait fureur en ce moment dans la mode. JMALT joue avec les codes, assume complètement son second degrés et son originalité. On craque pour ses silhouettes élégantes et casual. Le but étant d’en faire des vêtements éternels, des must-have du dressing qu’on aimerait ressortir au fil des saisons, bien loin du phénomène de fast-fashion. La production est réalisée en Europe, une obligation pour les créateurs qui veulent garder un œil sur tout le processus. La qualité des matières est aussi un point important, uniquement des tissus haut de gamme sont utilisés pour réaliser les pièces de JMALT.

j-ai-mal-a-la-tete-loose-project-cat-bomber-4
j-ai-mal-a-la-tete-loose-project-cat-bomber-3 j-ai-mal-a-la-tete-loose-project-cat-bomber-2

Après avoir conquis l’Allemagne, JMALT débarque en France et s’est notamment fait remarquer lors du dernier Who’s Next à Paris. Un joli parcours pour une griffe qui risque d’exploser en 2017. C’est tout ce qu’on lui souhaite. 

Toute la collection J’ai Mal à la Tête